duplicate-content-redaction-web

Le duplicate content, la bête noire du rédacteur web

 

Le duplicate content, kézaco ?

Selon Google, il s’agit « de blocs substantiels de contenus, à l’intérieur d’un domaine ou dans des domaines différents, qui sont soit complétement identiques, soit très largement similaires. Dans la plupart des cas, le duplicate content n’est pas volontaire ».

Que ce soit volontaire ou pas, lorsque 2 contenus sont quasi identiques, il y a duplicate content.

Le rédacteur web qui rédige toute la sainte journée peut créer sans s’en rendre compte des textes qui se ressemblent plus ou moins. De même, le webmaster avec des fiches produits d’un site e-commerce.

Comment faire pour l’éviter ?

Volontaire ou pas ?

Le contenu dupliqué est souvent involontaire. Il peut s’agir :

  • D’un problème technique lié au paramétrage d’un CMS (ou Content Management System). Et le rédacteur web n’est pas forcément technicien…
  • De titres quasi identiques en grand nombre sur un site de e-commerce, ou dans les annuaires, par exemple.

Quand il est volontaire, il s’agit souvent :

  • D’un piagat délibéré ou vol de contenu, pour ranker et tromper les moteurs de recherche. Cette très mauvaise pratique est tôt ou tard sanctionnée et il encourt des pénalités que nous verrons ci-après.

Alors quand le rédacteur web rédige des kilomètres de mots, de phrases et de tournures, il peut arriver qu’il soit amené à se répéter involontairement. Une vigilance de tous les instants s’impose  donc.

Les conséquences du duplicate content

Ce sont les moteurs de recherchent qui indexent les contenus. De ce fait, si le duplicate content est décelé et avéré,

  • Ils doivent choisir le contenu à prendre en compte entre le site 1 et 2.
  • Les contenus sont moins bien référencés ensuite, et par voie de conséquence moins visibles.
  • Enfin, les liens rentrants vers le site en question ont eux aussi le choix et pointent vers des entrées différentes…

Bref, c’est alerte rouge, car vos contenus web considérés comme dupliqués n’ont plus la visibilité recherchée sur les moteurs de recherche. Sans parler de la chute du trafic ! Le SEO dégringole. Mauvais plan.

Comment déceler le duplicate content ?

Afin de vérifier et de corriger un éventuel contenu identique, qui rappelons-le est souvent involontaire, le rédacteur web a à sa disposition divers outils. Il va pouvoir ainsi s’assurer qu’il a bien rédigé un texte unique.

  • Positéo : très pratique, cet outil montre quel est le pourcentage de mots dupliqués par rapport au contenu source. Il suffit de copier/coller un texte dans le champ prévu à cet effet, ou l’url de la page à analyser. Un clic sur le bouton « vérifier » et hop, on regarde le résultat obtenu : la bonne (ou mauvaise nouvelle) apparait…

Il existe encore d’autres outils comme SiteLiner pour scanner automatiquement un site et tout vérifier vite fait bien fait.

Résoudre quelques problèmes liés au contenu dupliqué

Comment faire pour que les moteurs de recherchent choisissent la bonne version du contenu ?

Pour les rédacteurs web qui s’intéressent à la technique et qui aiment mettre les mains dans le cambouis, 3 possibilités :

  • La redirection 301 :

Cette pratique consiste à rediriger de la page dupliquée vers la page de contenu originale. Et hop ! On améliore (un peu) le ranking de la page.

  • La balise rel=canonical :

Elle indique à Google et aux autres moteurs de recherche que la page en question doit être traitée comme la copie d’une URL donnée. Vous me suivez ? 🙂 En conséquence de quoi, tous les liens associés doivent être attribués à l’URL renseignée.

  • Le paramétrage SEO :

Vous connaissez Yoast, déjà installé sur votre blog ou votre site. Il permet de spécifier aux moteurs de recherche d’indexer (ou pas) certains contenus.

Si le rédacteur web en perd son latin, il peut faire appel à son webmaster préféré qui s’occupera des réglages…

Vous constatez comme moi que le duplicate content n’est pas une mince affaire, d’’autant plus qu’il existe des pénalités. Lesquelles ?

Les pénalités

Il est important d’assimiler le fait que les moteurs de recherche gèrent le « duplicate content » en appliquant un filtre sur les résultats. Vous dupliquez ? Votre rank dégringole, vous êtes blacklisté par Google. Vous êtes direct en page 22 de la SERP !

Ce n’est donc pas une pénalité au sens premier du terme, mais les pages sont quand même désindexées ! Tous vos efforts réduits à néant ou presque. Un gâchis.

Ainsi, le seul mot de « duplicate content » fait peur : on voit plein de têtes de morts sur son écran d’ordinateur qui s’agitent et ricanent… (?)

duplicate-content-redaction-web

redaction-webPour éviter de rédiger des contenus identiques ou similaires, le rédacteur web prendra certaines précautions :

  • Faire attention aux nombreuses pages, titres, expressions qui peuvent être interprétées comme du contenu dupliqué, surtout sur certains CMS,
  • Rester le plus concentré possible sur sa rédaction pour éviter de se répéter et être redondant,
  • Se relire et vérifier avec ses outils qu’il rend et intègre bien un texte unique.

Et vous, quelles sont vos astuces pour éviter le content duplicate ?

Laissez-moi un commentaire, je me ferai un plaisir d’y répondre ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.