reconversion-redaction-web-31

Se reconvertir en rédaction web après 50 ans, c'est possible !

 

Chacun sait que la vie professionnelle est loin d’être un long fleuve tranquille : on rêve quelques fois d’autres horizons ou de l’herbe plus verte ailleurs…

En ce qui me concerne, j’ai eu la chance d’occuper des postes dans divers domaines, majoritairement en intérim, et toujours avec curiosité et satisfaction.
Dans les années 1990, tout était possible. Si vous n’aviez pas le diplôme mais que vous étiez sérieux, on vous donnait quand même votre chance, et la mission était pour vous.

Les années ont passé, et tout a changé.

Un divorce plus tard, j’ai dû m’en accommoder et reprendre des études pour une 1ère reconversion professionnelle à l’aube des années 2000.
Puis 15 ans après, j’ai subi un licenciement économique, et j’ai dû m’interroger à nouveau sur mon devenir. Je devais faire un bilan : comment allais-je rebondir « à mon âge » et trouver un emploi, car dans notre société, on est « vieux » même avant 50 ans, c’est bien connu !… Changer encore de métier, être face à un recruteur, c’était l’angoisse.

Pourquoi j’ai choisi le digital pour ma reconversion ?

Après quelques moments de découragements, j’ai repris mes esprits. Je devais trouver une nouvelle voie professionnelle.
Le secteur du digital montait en puissance. Je n’y connaissais pas grand-chose à l’époque : je papillonnais d’un site à un autre, d’un réseau social à l’autre… ça me distrayait et ça s’arrêtait là.
Un jour, j’ai eu le déclic grâce à une amie qui se reconnaîtra en lisant cet article.
Je voyais défiler un tas de blogs en tous genres, beauté, voyages, bricolages, astuces, etc. Mais rien sur ma tranche d’âge, les quinquas. J’ai donc décidé de créer le mien.

Sauf que je partais de zéro.
J’ai pris mon courage à 2 mains et je me suis alors formée toute seule. J’ai acheté des livres et lu un nombre incalculable d’articles en ligne. J’ai même dû relire certains chapitres pour assimiler toutes les nombreuses informations ingurgitées ! Et j’ai pu lancer mon blog tant bien que mal… Jusqu’au jour où j’ai été piratée après 3 ans d’activité. J’étais naïve au point de croire que ça n’arrive qu’aux autres… Du coup, je me suis penchée de très près sur la cybersécurité !

Comment j’ai entrepris sérieusement ma reconversion après 50 ans ?

Je savais que je ne serai pas jugée sur mon physique dans le digital, mais sur mes compétences. Certes, il paraît que je ne fais pas mon âge, mais force est de constater qu’à 50 ans, on est bon pour la casse… non ? 🙂
Blague mise à part, le numérique me plaisait de plus en plus, et j’avais envie de transformer mes connaissances acquises d’autodidacte en professionnelles.
J’ai alors saisi l’opportunité de suivre un master en stratégie digitale. Et oui, à 50 ans !
Je vous mentirais si je vous dis que ça a été facile. Non, des heures, des journées, des mois les yeux rivés à l’ordinateur pour mettre tous les circuits en ordre dans mon pauvre cerveau de quinqua.
Et à force de travail, j’y suis arrivée.

J’ai donc appris à appréhender l’environnement général du web, mais aussi :

  • La rédaction web,
  • Le SEO ou référencement naturel,
  • Les bases du HTML,
  • Quelques subtilités en CSS,
  • L’art du community management,
  • Le B-A-BA de la cybersécurité.

Pourquoi j’ai choisi d’être rédactrice web

J’ai su que j’exerçais le métier de rédactrice web depuis la création de mon blog, soit depuis 3 ans, sans le savoir. Ainsi, je mettais un nom sur mon activité de blogueuse. Un nouveau métier.
Je rédigeais des contenus uniques et de qualité déjà à l’époque et je soignais ma présentation tout comme mon orthographe. J’essayais aussi d’apporter une plus-value à mes articles. 🙂
Mais j’étais très loin de tout connaître.

Désormais, grâce à ma formation, j’ai acquis des compétences web :

  • Je sais optimiser des textes grâce aux techniques de SEO : mes contenus plaisent autant aux lecteurs qu’à Google (Enfin, j’espère…),
  • Je maîtrise les techniques de communication sur les réseaux sociaux.

Ce qui me plait dans la rédaction web

J’ai obtenu mon master l’été dernier avec fierté, et j’ai lancé mon activité dans la foulée. A 50 ans, il faut agir vite…!
Mon premier client « officiel » m’a donnée ma chance et j’ai fait mes preuves.

Mais ce qui me plait le plus dans le métier de la rédaction web, c’est que :

  • Je suis devenue freelance, et finalement, ça me va bien après avoir vécu une période de peur et de doute,
  • J’ai la possibilité de choisir mes clients et j’évite certains briefs qui ne m’inspirent pas,
  • J’organise mon planning en fonction de ma vie personnelle,
  • Je travaille de n’importe où, et mon jardin devient mon bureau quand la météo s’y prête,
  • J’exploite mes compétences web,
  • Et surtout, je n’ai pas l’impression de travailler, car l’écriture est un plaisir (et rédiger, un métier, je sais !).

reconversion-redaction-web

 

redaction-web Bref, vous l’avez deviné, je ne regrette absolument pas ce choix.
Devenir rédactrice web en étant quinqua ? C’est possible, j’en suis la preuve.
Se reconvertir après 50 ans, c’est une question d’envie, de possibilité, d’opportunité… et de motivation profonde. Un challenge réussi !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous avez aimé cet article ? Commentez, partagez !

Pour lire l’article concernant le livre de Mylène Desclaux, une autre quinqua, c’est ici.

4 réflexions sur “Se reconvertir après 50 ans en rédaction web, c’est possible !”

  1. C’est ce que j’avais pensé faire, mais je ne m’en suis pas donné les moyens… alors, j’ai choisi un reclassement dans une autre branche, mais le web reste mon plaisir, mon premier hobby.
    Bravo pour ta réussite.

    1. Merci Sophie !
      La reconversion professionnelle est loin d’être un long fleuve tranquille. Le tout est de trouver sa nouvelle voie. J’espère qu’il en est ainsi pour toi ?
      A bientôt,
      Isabelle.

    1. Merci Béatrice, rêver, c’est bien. Agir, c’est mieux. Chacun réagit en fonction de ses propres paramètres. Ceci dit, la vie passe à toute allure… A bientôt ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.