page-blanche-redactrice-web

Syndrome de la page blanche et rédaction web

 

Le rédacteur web aime écrire. Il trouve en principe de l’inspiration facilement et rédige des kilomètres de phrases et de tournures. C’est un expert dans son domaine et on admire celui qui rédige 2000 mots par jour sans effort apparent… Oui, oui !

Une commande peu inspirante ou complexe, des délais très courts ou une fatigue passagère, et voilà la fameuse page blanche tant redoutée qui pointe le bout de son nez.

De quoi s’agit-il exactement ?

Définition

Selon Wikipédia, le syndrome de la page blanche fait référence à une peur, celle de la page blanche, désignée par le terme de leucosélophobie. Quel drôle de nom !

En effet, toute personne voulant rédiger un texte se rapprochant de la perfection se met dans l’idée que son oeuvre est de mauvaise qualité. Les raisons sont multiples, mais impossible de commencer ou de continuer la rédaction. D’où la page vierge.

Alors, chez le rédacteur web, comment vaincre cette peur ?

S’entraîner

Il n’y a pas de mystère. Le rédacteur web doit s’entraîner comme un sportif de haut niveau tous les jours pour lutter contre la page blanche ! Plus il écrit, plus c’est facile et les choses se font automatiquement et rapidement.

Tout prétexte est bon pour s’entraîner : la liste des ingrédients à acheter pour réaliser ses recettes de cuisine, faire un résumé sur les destinations des prochaines vacances, rédiger une synthèse d’un livre, écrire une lettre à sa Mamie, etc. En rédigeant régulièrement sur n’importe quel sujet, l’habitude vient et la page blanche… Pfff envolée !

La recette miracle existe-t-elle ?

Allez, jouons un peu : à votre avis, quel est le profil type du rédacteur web qui rédige facilement sans se soucier de trouver l’inspiration et quel que soit le sujet ?

  • Il dort beaucoup… ou pas trop ?
  • Il rédige en écoutant de la musique douce, le casque vissé sur ses oreilles ?
  • Il travaille affalé dans le canapé ?
  • Il se dope avec des compléments alimentaires ?
  • Il s’enferme au dernier étage de sa maison au calme ?

Franchement, tout ça est plutôt caricatural… Et peu importe la façon dont le rédacteur web travaille.

Celui qui ne craint pas la page blanche réfléchit et structure son texte tout simplement ! Quand il doit écrire son article, si le sujet l’inspire même à minima, il construit un plan cohérent et s’y tient. Rien de tel pour rassurer le cerveau qui a besoin d’habitudes. Et il s’entraîne régulièrement : rédiger, rédiger, rédiger… Tel est son mantra.

Le confort apparent du rédacteur web

En suivant le briefing du client, le rédacteur web exécute simplement des ordres. C’est plutôt confortable vu de l’extérieur, à la différence du journaliste qui se triture toujours les méninges pour trouver le mot juste, celui qui est parfaitement adapté à la thématique de son billet du moment et qui touchera le lecteur.

Ainsi, le rédacteur web effectue quelques recherches et rédige selon les directives reçues.  Il est donc (en principe) moins soumis au  phénomène de la page blanche. Voici un exemple pour illustrer ce propos :

  • Écrire un article de 300 mots avec un titre « Spiruline, sport et perte de poids ».

Il n’y a qu’à rechercher des renseignements sur cette algue, sur ses effets sur le sport et la perte de poids. En étant guidé de la sorte, c’est assez facile, n’est-ce pas ?

Les solutions en cas de panne sèche

Le rédacteur web regarde désespérément son clavier, visiblement en panne d’idée : la page blanche est bien là. Il rédige un premier paragraphe, l’efface et recommence…

Il s’agace devant cette incapacité à produire du contenu au kilomètre et ne sait pas quoi faire pour stimuler son pauvre cerveau surmené.

C’est à ce moment-là qu’on en profite pour se changer les idées avec une pause récupératrice ! Ce peut être :

  • En se levant de sa chaise pour se dégourdir les jambes,
  • En mettant la rédaction difficile entre parenthèses, et en travaillant sur un autre sujet,
  • En buvant de l’eau, du thé, du café ou du jus de fruits,
  • En caressant le chat qui demande un câlin juste à ce moment-là,
  • En appelant au téléphone quelqu’un pour partager cet état de stress…

Bref, toute situation qui détend et calme l’énervement fera l’affaire. Rien de tel pour recharger les batteries.

À noter : en cas de panique due à un travail qui ne sera visiblement pas remis en temps et en heure, l’idéal est de contacter le client (exceptionnellement) et de l’informer du délai supplémentaire. En général, le client comprend très bien la situation et tout rentre dans l’ordre rapidement.

page-blanche-redaction-web

 

redaction-web Lutter contre la page blanche est un exercice de tous les jours pour qui vit de sa plume. Auteur, journaliste, blogueur, le rédacteur web n’échappe pas à la règle.

En s’entraînant régulièrement et en mettant en place des stratégies, il met toutes les chances de son côté pour éviter le manque d’inspiration.

Et vous, quelles sont vos astuces pour lutter contre la page blanche ?

Vous avez aimé cet article ? Merci de le partager… ou de me laisser un commentaire, j’y répondrai avec plaisir ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.